Je vous prie de faire un tour à la prison centrale de Libreville, en effet:

J'ai eu le privilège d'y faire un tour pour une très longue semaine et trois très longues journnées et le constat est des plus honnorable pour un Pays comme le notre. La prison centrale est composé de quartiers ou villages avec à la tête de chaque, un chef et une petite organisation ministerielle avec s'il vous plais, un prisonniers qui joue le rôle d'agent de sécurité, qui tait son nom. Le plus heureux sont ceux qui son dans les SP (entendez par là spacials). hers amis,dans les spécials, vous payez une modique somme de 30.000 cfa par mois pour bénéficier des prestation de corvéyars ou d'autres prisonniers en corvés chez des prisonniers fortunés.un systhème qui marche très bien dans la mesure où, dans les pécialsle petit dejeuner est servie avec tous les artifices, en plus dela ration, vous avez un menu à la carte selon les moyens disposé, et ceci en communion avec tout les occupants de chaque special. Un univers où les gradiens de prisons sont des valets de service parceque si l'on veut boire une guinness, l'agent lui même vous l'apporte pour un montant allant jusqu'a 5.000 Fcfa. en fait, ceux là ne sont pas réellement en prison sauf qu'ils sont privé de voire leurs différentes nanas. A quelques pas de la commence le calvaire de la prison centrale. 12 personnes par lit qui sont obligé de faire des tours de sommeils. Une demie cuisse et un demi pain pour une journnée. a defaut de la cuisse de poulet, dans la plus par du temps, un petit poisson et un demi pain pour une journée. Nous arrivons de temps en temps à contempler des enculades entre individues de même sexe pour une cuisse de poulet en contrepartie. Une toute autre ville dans une ville. Là où le vin, surtout le Gin gordon et le chanvre indien son le passe temps le plus usité par les habitant de cette republique. une citualition qui plus qu'allarmante d'autant plus que tout le Gabon sait que les condition de détention en milieu carceral au Gabon sont des plus excecrable. Nous ne pouvons que tirer la sonnette d'alarme. Ces prisoniers qui, malgré leurs méfait, on quant même droit à la dignité, au respect et a la vie.

Nestor EKOMIE